Sylvie Charrière

Gagny - Rosny-sous-Bois - Villemomble

Députée de la Seine-Saint-Denis

À l'Assemblée Nationale

« Construire une politique d’émancipation et de dignité », voilà à quoi s’est engagé le Président de la République, le 22 mai 2018 et à quoi nous nous engageons tous. Le chef de l’Etat a annoncé, à l’occasion de ce rassemblement, le lancement d’un engagement collectif qui replacerait l’humain au cœur du projet, notamment les acteurs de terrain, reconnaissant l’effervescence et le dynamisme à l’œuvre dans ces quartiers. Ainsi, il a installé officiellement le Conseil présidentiel des villes, composé de 25 personnalités (élus, issus du milieu associatif) disposant d’une véritable connaissance de la réalité vécue par les habitants de ces quartiers qu’ils côtoient tous les jours ou parce qu’ils y vivent ou y ont vécu. Cette force de proposition qui s’est réuni pour la première fois ce lundi siègera tous les deux mois, et assurera le suivi et l’évaluation de l’efficacité des mesures prises par le Gouvernement.

Lors de son discours, le Président de la République a fixé son cap et présenté sa méthode. Il a décliné ses engagements sur trois axes : le rétablissement des mêmes droits, l’émancipation par l’école, la réussite économique, et la notion de « faire République ».

 

Rétablir les mêmes droits pour tous

 

Dans les banlieues, l’accès aux droits et aux services publics est devenu de plus en difficile, notamment à cause des déserts médicaux, du manque d’effectifs dans la police ou la justice. Il est impératif de rétablir une égalité réelle entre les citoyens français, sans condition de résidence, en leur garantissant des droits réels.

  • Investir dans la sécurité et la justice : clé de voute de la vision présidentielle

Le Président de la République a rappelé le rôle de la police de sécurité du quotidien, déployée depuis le mois de février, dans certaines zones, pour restaurer la confiance entre les habitants des quartiers et la police. Il a annoncé, en soutien, l’allocation d’effectifs supplémentaires de police : 1 300 policiers dans 60 quartiers d’ici 2020.

  • Lutter contre le terrorisme

Rappelant, dans un premier temps, que les Fiches S sont un instrument de renseignement interne qu’il ne faut dévoiler, il a indiqué que l’identité des personnes identifiées comme les plus à risque, c’est-à-dire répertoriées dans le FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste), pourrait être communiquée par les préfets aux maires afin d’initier une véritable coopération locale sur le plan de la prévention de la radicalisation. Cette disposition donnera lieu à l’élaboration d’une charte d’ici le mois de juillet, sous l’autorité du Ministre de l’intérieur, Gérard Collomb. Impliquer davantage les maires sur ces sujets est un élément clé pour assurer la sécurité de tous.

  • Aménager le territoire et le logement

Sur ce point, le Président de la République s’est prononcé pour la mise en place d’une stratégie métropolitaine et d’agglomération, dans la continuité du Pacte de Dijon, assurant ainsi une plus grande mixité de l’habitat. Par ailleurs, il a réaffirmé l’engagement de l’exécutif à verser des crédits supplémentaires (10 milliards d’euros) à l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU). Il a également lancé l’initiative « Cœur de quartier » qui permettrait de définir les projets prioritaires et ainsi de gagner en efficacité dans leur réalisation.

Il a, enfin, précisé l’importance de la présence humaine au cœur des quartiers, à travers, par exemple, les activités de gardiennage et a promis de soutenir financièrement les bailleurs sociaux désireux de mettre en place ces initiatives.

  • Investir dans les infrastructures et combattre l’insécurité liée au logement

Dans le cadre de l’Agence nationale de cohésion des territoires, il faudra définir, d’ici juillet, un opérateur de rééquilibrage d’équipements national qui mobilise tous les acteurs publics, privés, Etat, collectivités.

Le chef de l’Etat s’est engagé à durcir la politique de pénalisation à l’encontre des marchands de sommeil ou des propriétaires privés qui maintiennent des logements insalubres.

 

L’émancipation par l’école et la réussite économique

 

L’émancipation est essentielle à l’intégration des habitants des quartiers au cœur de la communauté nationale. Il ne s’agit pas de les considérer comme des citoyens de seconde zone qui feraient l’objet d’une différenciation de la part des pouvoirs publics mais d’assurer, par l’accès à la formation et à l’emploi, leur réussite.

Dans le cadre de son intervention, le Président de la République a rappelé les différentes mesures prises depuis le début du quinquennat, notamment à l’endroit de l’école. Le dédoublement des classes de CP en REP + (Réseau d’éducation prioritaire) sera généralisé aux classes de CP en REP, à la rentrée prochaine. En outre, l’obligation scolaire en maternelle dès 3 ans permettra de rétablir l’égalité entre tous les enfants, notamment en ce qui concerne l’exposition au langage. Enfin, l’initiative « devoirs faits » coïncide avec une volonté de réduction des inégalités qui se maintiennent hors du temps scolaire.

  • Développer les crèches

Le chef de l’Etat a annoncé l’ouverture de 30 000 places de crèches supplémentaires afin de permettre aux femmes de reprendre leur travail et de lutter contre la pauvreté des enfants. L’Etat subventionnera chaque nouvelle place à hauteur de 1000 euros dans les quartiers politique de la ville.

  • Donner une chance à chacun

Emmanuel Macron s’est engagé à créer une bourse des stages que les jeunes de quartiers politique de la ville ou les directeurs d’établissement pourront solliciter. 30 000 jeunes issus de ces quartiers auront un stage, dont 15 000 dans les services de l’Etat et 15 000 dans le secteur privé.

Par ailleurs, l’accès à l’enseignement supérieur est un enjeu majeur pour l’émancipation et la lutte contre le déterminisme social. Dans le cadre de la nouvelle plateforme Parcoursup, les candidats boursiers bénéficient d’un reclassement, si leur effectif n’est pas jugé suffisant pour assurer plus de mixité sociale au sein des institutions universitaires.

  • Encourager l’accès à l’emploi et à la formation

Le Président de la République a rappelé l’objectif de la réforme de l’apprentissage, entreprise par la Ministre du Travail, Muriel Pénicaud, qui contribuera à revaloriser cette filière d’excellence. Il faut faciliter l’accès à cette voie et renforcer les CFA (Centre de formation des apprentis) dans les quartiers politique de la ville. De plus, l’Etat va investir dans la formation professionnelle, par le biais du Plan d’investissement compétences, à hauteur de 15 milliards d’euros, pour lutter contre le chômage, en répondant aux besoins des entreprises et aux transitions sociale et écologique en cours.

En outre, il faut encourager le développement des réseaux pour favoriser l’entreprenariat individuel, notamment autour de l’Agence France Entrepreneur.

Enfin, les acteurs du monde économique doivent également prendre leur part dans la fertilisation du dispositif des emplois francs (soutien financier de l’Etat pour les employeurs qui embauchent des jeunes issus de quartiers défavorisés). Une réunion avec les 120 plus grandes entreprises françaises est prévue en juillet.

 

« Faire République »  

 

Beaucoup de résidents des quartiers politique de la ville se sont éloignés de la République, se sentant marginalisés par la société française. Il faut redonner un sens à nos valeurs et défendre un idéal républicain.

  • Lutter contre les discours racistes et antisémites

La loi de 1905 doit prévaloir sur tout le territoire français, afin de garantir la liberté de religion, dans le respect des croyances de chacun. Il faut réinvestir l’école de sa mission notamment par le déploiement de référents Laïcité pour former les enseignants parfois confrontés à des discours racistes et antisémites.

  • Lutter contre la discrimination

Le Président de la République a exhorté à combattre les idées reçues sur les quartiers qui parfois menacent l’accès de ses habitants à l’emploi. Il a demandé la mobilisation générale des organisations syndicales et patronales à l’automne sur le sujet de la discrimination à l’embauche et la mise en place du testing avec les 120 plus grandes entreprises françaises durant trois ans.

  • Assurer l’égalité homme/ femme

Proclamée grande cause du quinquennat, l’égalité entre les femmes et les hommes devra être assurée, notamment par l’installation de référents Egalité dans les établissements scolaires sur les sujets sociétaux et d’éducation à la sexualité afin de lutter contre les préjugés. Le projet de loi sur les violences sexuelles et sexistes, porté par la Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, contribuera à la pénalisation des outrages sexistes, banalisés par le harcèlement de rue.

  • Lutter contre la radicalisation

Il s’agit d’assurer un meilleur contrôle des écoles sous contrat et hors contrat afin d’enrayer les dérives et l’alimentation de la radicalisation dans certains quartiers. Le Président de la République a appelé à mener ce combat sans stigmatiser les religions et à construire une société de vigilance, dans laquelle tout le monde est acteur de la lutte contre les violences et la montée de la radicalisation. Il faut construire une stratégie de reconquête des esprits, redonner au rêve républicain sa saveur, par la promotion de héros républicains issus des quartiers auxquels ces jeunes peuvent s’identifier.

  • Valoriser l’activité des associations

Le chef de l’Etat s’est engagé à simplifier et accélérer l’aide apportée aux associations de quartier, notamment par le biais d’appels à projet sur des grandes stratégies nationales, pour leur permettre de se déployer et de mener à bien leur activité.


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.