Sylvie Charrière
Députée de la Seine-Saint-Denis
Sylvie Charrière

Gagny - Rosny-sous-Bois - Villemomble

Députée de la Seine-Saint-Denis

Quel déconfinement pour nos écoles ? Les précisions du ministre de l’éducation nationale devant les députés des affaires culturelles et de l’éducation

Covid-19

Le mardi 21 avril, avec mes collèges de la commission des affaires culturelles et de l’Éducation, nous avons auditionné le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer.

 

Le ministre a pu nous faire un point d’étape détaillé sur l’avancée des travaux menés dans le cadre du déconfinement scolaire et les options envisagées à ce jour, en collaboration avec les collectivités locales.

 

Il est à noter que le plan qui a nous a été ainsi exposé sera vraisemblablement amené à être amendé et peaufiné dans les jours qui viennent, les équipes travaillant encore activement sur ses modalités et au regard de l’évolution de la crise sanitaire. La feuille de route définitive nous sera communiquée dans une quinzaine de jours.

 

Le ministre nous a rappelé que le déconfinement se ferait de façon progressive et qu’il reposait sur un volet fortement social. En effet, environ 5% des élèves sont sortis du giron de l’Éducation nationale. Le déconfinement est une nécessité pour les élèves, l’école étant pour beaucoup le seul lieu qui permet de lisser les inégalités.

 

Coopération et concertation

 

Toutes les dispositions sont prises en concertation avec l’ensemble des acteurs impliqués : les organisations syndicales, les chefs d’établissement, les fédérations de parents d’élèves, le conseil national de la vie lycéenne, les parlementaires, tout en observant et en s’inspirant des techniques et réussites de nos voisins européens sur ce point.

 

La stratégie de déconfinement

 

La stratégie de déconfinement reposera sur trois volets :

 

  • Les modalités d’accueil : la classe reprendra par petits groupes composés d’un maximum de 15 élèves par classe avec une rentrée par vague, selon les niveaux (voir calendrier ci-dessous).

 

  • La situation sanitaire : Le ministère travaille avec les collectivités locales pour assurer que les conditions sanitaires soient bien réunies afin de permettre l’accueil des élèves et des professeurs (masques, savon, points d’eau …). Cela passera par la mise en place d’un protocole sanitaire strict avec les collectivités et en lien avec les autorités sanitaires compétentes. Le ministre a été clair : l’école ne pourra pas reprendre en présentiel si ce protocole ne peut être mis en place.

 

  • Le contenu pédagogique : Il est question de définir des axes prioritaires, notamment vis-à-vis des décrocheurs et des élèves en situation de handicap. Le but ne sera pas de se presser pour terminer les programmes mais de consolider les connaissances et les apprentissages des élèves avant la pause estivale.

 

Le calendrier de rentrée

 

  • Semaine du 11 mai : Plusieurs classes feront leur retour à l’école : les grandes sections en maternelle, les classes de CP et CM2 en primaire.

En zones prioritaires REP et REP+, les CE1 seront également concernés et en zone rurale, cela concernera toutes les classes inférieures à 15 élèves, ce qui représente un total de 65 000 élèves.

 

  • Semaine du 18 mai : les 6e et 3e au collège, les premières et terminales au lycée. Pour les lycées professionnels, sous réserve de l’aval des autorités sanitaires, des ateliers industriels pourront être organisés.

 

  • Semaine du 25 mai : rentrée de toutes les classes dans les établissements scolaires.

 

La « vitesse de croisière » du dispositif sera atteinte en juin si les trois premières semaines de déconfinement scolaire se déroulent dans les meilleurs conditions pédagogiques et sanitaires.

 

Le ministre a souligné que ces modalités seront adaptées aux territoires de manière pragmatique, en concertation avec eux. Les dotations aux collectivités locales seront d’ailleurs travaillées au regard des impératifs mis en place dans le cadre du déconfinement scolaire.

 

Aucun élève ne pourra être en dehors de l’obligation scolaire. Les élèves devront soit être en classe, soit en enseignement à distance, soit pris en charge dans le cadre de dispositifs sportifs ou culturels qui sont en cours d’élaboration avec les ministères concernés.

 

Le 11 mai sera une journée de pré-rentrée des professeurs afin d’organiser la reprise. Les professeurs qui ne pourront être présents dans leur établissement pour cause de vulnérabilité ou d’un membre du foyer vulnérable continueront à enseigner à distance. Il en sera de même pour les élèves qui pourront, dans ces mêmes cas, continuer la classe à distance.

 

Le déconfinement concernera également le périscolaire, en concertation avec les acteurs locaux, pour aboutir sur un dispositif qui pourra proposer des activités autour de quatre thématiques : le sport, la santé, la culture et le civisme (2S2C).

 

Pour l’avenir de nos enfants, notamment les plus fragiles d’entre eux, ceux qui ne peuvent bénéficier de trois repas par jour, d’aide aux devoirs ou même d’une connexion internet efficace et malgré cette situation inédite, l’école doit reprendre. Cela sera évidemment le cas uniquement si les conditions sanitaires mises en place sont adéquates. Nous y travaillons et, en tant que députés, y veillerons consciencieusement.

 

Pour visionner mon intervention :


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.