Sylvie Charrière

Gagny - Rosny-sous-Bois - Villemomble

Députée de la Seine-Saint-Denis

À l'Assemblée Nationale

Le 19 décembre 2018, nous avons voté le budget de l’Etat pour l’année 2019. Il poursuivait trois objectifs principaux : libérer l’économie, protéger les Français et investir pour l’avenir.

Ce budget a été examiné dans des circonstances particulières compte tenu de l’adoption, en parallèle, des mesures d’urgence économiques et sociales qui ont permis de traduire, au plus vite, les attentes de nos concitoyens. Nous avons travaillé afin que ce budget soit dans la ligne du rétablissement des finances publiques tout en conciliant pragmatisme et justice sociale.

Avec mes collègues députés, nous avons ainsi débattu, nuit et jour, un nombre record d’amendements, 10 000 environ, et avons contribué à amender et améliorer un texte qui a vu son contenu tripler de volume au cours de son examen.

Nous avons ainsi voté des crédits qui permettront notamment de mieux assurer les missions régaliennes de l’Etat. Les crédits liés à la Défense augmentent de 1,7 milliards d’euros, ceux de la Justice de 313 millions d’euros et ceux liés à l’immigration, l’asile et l’intégration et à la Sécurité augmentent respectivement de 300 millions d’euros. 

Nous investissons également dans l’avenir de nos enfants. Ainsi, les crédits alloués à l’enseignement scolaire augmentent de 1,2 milliards d’euros et ceux de la Recherche et de l’enseignement supérieur de 500 millions d’euros.

Nous garantissons une lutte réelle et effective contre le réchauffement climatique en augmentant les crédits du ministère de la Transition énergétique et solidaire d’un milliard d’euros.

Afin de financer l’augmentation de la prime d’activité, qui va ainsi permettre d’augmenter les salaires de 100 euros au niveau du SMIC, 2,5 milliards d’euros ont été prévus, affectés et votés dans ce budget.

Que financent 1000 euros de dépenses publiques dans notre budget ? 
575 € permettent de financer les dépenses liées à la protection sociale (retraites, assurance maladie, allocations familiales, chômage …).
143 € financent les dépenses sectorielles (affaires économiques, culture, infrastructures …) ; 
60 € financent les services publics régaliens. 
96 € sont consacrés à l’éducation. 
23 € à la recherche. 
66 € aux administrations publiques. 
37 € à la charge de la dette. 

Tout début 2019, comme annoncé par le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, nous aiderons à élaborer et examinerons un projet de loi visant à taxer les géants du numérique, les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Cette taxe, que nous souhaitons applicable dès le 1er janvier 2019 devrait rapporter 500 millions d’euros à l’Etat. Dans l’attente d’une réponse au niveau européen, nous prenons ainsi nos responsabilités et agissons dès aujourd’hui contre l’optimisation fiscale des plus grands.

Durant toute cette année et, notamment dans le cadre du grand débat national, nous écouterons vos interrogations et vos inquiétudes afin d’y répondre le mieux possible lors de l’élaboration du prochain budget de l’Etat. Sur le terrain, nous continuerons notre travail de contrôle de l’exécution des politiques publiques qui sont menées avec le concours des différents crédits votés afin d’en rendre compte à tous nos concitoyens.


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.