Les droits des femmes : la grande cause du quinquennat

14 Mar 2022 Sylvie Charrière À l'Assemblée Nationale

En 2017, le Président de la République Emmanuel Macron a présenté l’égalité entre les femmes et les hommes comme la grande cause du quinquennat. Cinq ans plus tard, même s’il reste beaucoup à faire, nous pouvons être fiers des mesures qui ont été mises en place pour renforcer les droits des femmes, de toutes les femmes.

Différentes lois ont été votées, que ce soit pour l’acquisition de nouveaux droits, pour l’égalité économique et financière, pour l’accès aux soins ou encore pour une meilleure représentation des femmes. Ainsi, à l’occasion de la journée internationale pour les droits des femmes, je souhaitais revenir, avec vous, sur le bilan du gouvernement dans ce domaine – tout en sachant que le combat n’est pas terminé.

Quelques exemples

Concrètement, voici quelques exemples de la manière dont les droits des femmes ont été renforcés ces cinq dernières années.

  • Beaucoup de mères célibataires ne touchaient pas la pension alimentaire de leur ex-conjoint. Désormais, la CAF est habilitée à verser les pensions non-payées.
  • La surreprésentation des hommes chez les députés a longtemps été pointée du doigt. Cependant, le groupe LaREM, avec 49 % de femmes, est véritablement paritaire.
  • Les victimes de violences conjugales étaient peu protégées. Face à cela, des téléphones grave danger (TGD) et des bracelets anti-rapprochement ont été déployés.
  • Les victimes de violences conjugales, sexuelles et sexistes étaient difficilement accompagnées. Pour leur venir en aide, le 3919 a ouvert en non-stop et 90 000 policiers et gendarmes ont été formés à l’accueil des victimes.

Quelles mesures ont été votées, en détail ?

Dans le domaine de la protection des victimes de violences conjugales, sexuelles et sexistes, de nombreuses mesures ont été mises en place :

  • Le dépôt de plaintes a été simplifié, puisqu’il peut désormais se faire dans les hôpitaux et sur internet ;
  • Des infractions nouvelles ont été créées, puisque le harcèlement de rue peut désormais être verbalisé et le seuil de non-consentement est maintenant fixé à 15 ans ;
  • Les enfants sont mieux protégés, avec la possibilité de suspendre l’autorité parentale d’un parent violent ;
  • Les places d’hébergement d’urgence ont augmenté de 60 % depuis 2017.

Pour renforcer les droits des femmes, nous avons également voté plusieurs dispositions :

  • La PMA pour toutes ;
  • Le congé paternité, qui est passé de 14 à 28 jours ;
  • La distribution gratuite de protections périodiques aux femmes en situation précaire, aux collégiennes, aux lycéennes et aux étudiantes ;
  • La prise en charge de la contraception pour les femmes jusqu’à 25 ans ;
  • L’allongement du délai d’accès à l’IVG, qui passe de 12 à 14 semaines.

Enfin, depuis 2017, nous œuvrons pour l’égalité économique et professionnelle :

  • L’index pour l’égalité a été créé et permet d’aller vers une égalité réelle des salaires entre les femmes et les hommes au sein d’une même entreprise ;
  • Un index de l’égalité a été créé dans les établissements d’enseignement du supérieur et les établissements publics de recherche ;
  • Des quotas de femmes ont été instaurés parmi les instances dirigeantes des entreprises de plus de 1000 salariés ;
  • Des places en crèches sont réservées aux familles engagées dans un parcours d’insertion professionnelle et aux familles monoparentales.

Vous le voyez, l’égalité entre les femmes et les hommes est une lutte de tous les jours. Malgré des projets majeurs ces cinq dernières années, continuons d'éduquer notre jeunesse à cet enjeu crucial et de faire évoluer les représentations. 


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.