Sylvie Charrière

Gagny - Rosny-sous-Bois - Villemomble

Députée de la Seine-Saint-Denis

À l'Assemblée Nationale

Mardi 17 septembre dernier nous avons définitivement voté la loi d’orientation des mobilités. 36 ans après la dernière grande loi d’organisation des transports, il était plus que temps de légiférer alors que le secteur des transports est en constante mutation et que l’on se doit aujourd’hui de composer avec le réchauffement climatique et pousser la transition écologique.

Elle vise ainsi à améliorer concrètement la mobilité du quotidien, dans tous les territoires qu’ils soient ruraux, urbains ou péri-urbains, en apportant des solutions de transport plus efficaces, plus propres et plus accessibles.

Avec ce texte, nous avons fait en sorte que l’ensemble du territoire soit couvert par des autorités organisatrices de la mobilité afin que les transports puissent être coordonnés au mieux, sur leurs territoires respectifs.

Les investissements des transports ont fait l’objet d’une programmation claire et gravée dans la loi, avec un effort sans précédent dans les transports du quotidien : l’Etat y consacrera 13,4 milliards d’euros entre 2018 et 2022, soit une hausse de 40% par rapport à la période 2013-2017, avec priorité donnée à la rénovation des réseaux routiers et ferroviaires.

Nous avons mis en place des mobilités facilitées pour les personnes en situation de handicap avec notamment la gratuité ou les tarifs réduits pour les accompagnateurs dans les transports en commun, l’information claire et à jour de l’accessibilité des transports ou encore des bornes électriques dans les parkings accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Nous avons ouvert les données de mobilités (arrêts, horaires, tarifs, accessibilité) pour l’ensemble des modes de transport, d’ici fin 2021.

Véritables enjeux de mobilité et de sécurité dans les grandes villes, nous avons encadré les nouvelles solutions de mobilité en « free-floating » (trottinettes, scooters libre-service etc. …).

Afin d’encourager les mobilités propres, nous avons adopté des mesures en faveur du vélo avec l’identification des vélos pour prévenir les vols, des emplacements dans les trains neufs et rénovés, un apprentissage du savoir-rouler dans les établissements du 1er degré notamment afin de tripler sa part dans les déplacements d’ici à 2024 dans la continuité du « Plan vélo » présenté en septembre 2018.

Toujours en cohérence avec nos impératifs écologiques, nous avons inscrit l’objectif de fin de vente des véhicules utilisant des énergies fossiles d’ici à 2040.

Enfin, nous avons permis la mise en place d’un forfait « mobilités durables » allant jusqu’à 400 euros par an, sans charges, ni fiscalité aux salariés pour les déplacements domicile-travail à vélo ou en covoiturage. Cette mesure entrera en vigueur dès le 1er janvier 2020 et nous déploierons également les zones à faibles émissions pour un air plus respirable.


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.