Faire face aux conséquences alimentaires de la guerre en Ukraine : la France et l’UE portent une initiative de solidarité mondiale

04 Avr 2022 Sylvie Charrière À l'Assemblée Nationale

Le jeudi 24 mars 2022, à Bruxelles, le G7 et plusieurs autres sommets ont eu lieu pour trouver des réponses à la guerre en Ukraine. Notamment, l’un des enjeux était de trouver des solutions aux conséquences alimentaires que va avoir ce conflit.

Quelles sont les conséquences alimentaires de la guerre en Ukraine ?

La situation alimentaire, dans le monde, est loin d’être idéale. Sur huit milliards d’habitants à l’échelle mondiale, un milliard souffrent de la faim et deux milliards ne mangent pas suffisamment bien. La croissance démographique, qui pourrait porter la population mondiale à 10 milliards en 2050, viendra accentuer cette pression alimentaire, dans un contexte de dérèglement climatique et d’accroissement de l’artificialisation des sols.

Or, les conséquences de la guerre en Ukraine seront considérables au regard de l’importance des productions agricoles ukrainienne et russe pour le marché mondial :

  • La Russie est le 1er exportateur mondial de blé (33 millions de tonnes en 2021) ;
  • L’Ukraine est le 4ème exportateur mondial de blé (20 millions de tonnes en 2021) et de maïs (25 millions de tonnes en 2021) ;
  • Ils représentent à deux un quart des exportations d’orge et surtout les deux tiers des exportations d’huile de tournesol (dont 38% rien que pour l’Ukraine) ;
  • 27 pays représentant 750 millions d’habitants, principalement en Afrique et au Moyen Orient, dépendent à plus de 50% des exportations russes et ukrainiennes en blé.

Vous l’avez compris, la guerre en Ukraine aggrave une situation alimentaire déjà critique dans le monde.

Quelles décisions ont été prises pour faire face aux conséquences de la guerre en Ukraine sur l’alimentation ?

Pour faire face aux risques pour la sécurité alimentaire, le Président de la République Emmanuel Macron, lors du G7 de Bruxelles, a présenté une initiative de solidarité mondiale pour la sécurité alimentaire. Celle-ci sera portée par l’Union européenne, par voix de sa Présidence française.

Cette initiative mobilisera des acteurs privés et publics et intégrera, à sa gouvernance, l’ensemble des pays partenaires afin de construire ensemble les grands axes de notre résilience commune. De plus, elle reposera sur 3 piliers.

Le premier pilier sera un pilier commercial pour apaiser les tensions sur les marchés agricoles. Par exemple, un plan d’urgence de libération des stocks en cas de crise a été élaboré, pour éviter toute situation de pénurie et modérer les hausses de prix.

Le second pilier sera un pilier de solidarité pour nous préparer, dès cet été, aux premiers effets de la guerre. Notamment, les pays producteurs vont se coordonner pour relever temporairement les seuils de production, lorsque cela est possible.

Le troisième et dernier pilier sera un pilier en faveur de la production dans les pays les plus concernés. Des actions vont être mises en place pour soutenir le développement rural et la production agroalimentaire en Afrique.

Je me réjouis de l’action du Président de la République, et de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, pour répondre aux conséquences de la guerre en Ukraine sur la sécurité alimentaire. Nul doute que cette initiative de solidarité mondiale permettra d’améliorer la situation alimentaire de toutes et tous


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.