Sylvie Charrière
Députée de la Seine-Saint-Denis
Sylvie Charrière

Gagny - Rosny-sous-Bois - Villemomble

Députée de la Seine-Saint-Denis

De nouvelles mesures pour les personnes vulnérables pendant la crise

Covid-19

Si notre modèle social est l’une de nos fiertés, la situation à laquelle nous devons faire face aujourd’hui a pu très durement toucher des personnes déjà vulnérables ou en situation de précarité. C’est pourquoi, ce jeudi 23 avril, Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès du ministre des solidarités et de la santé, a pu rappeler qu’il a fallu « adapter notre modèle social » à cette crise exceptionnelle pour que ne s’ajoute pas à la crise sanitaire, une crise sociale.

Depuis le début de la crise, le Gouvernement a ainsi mis en place un certain nombre d’aides et de dispositifs pour que l’État accompagne les publics vulnérables aussi longtemps que la crise durera, notamment la reconduction et l’automaticité du versement des minima sociaux pour éviter toute rupture de droits.  

Une aide exceptionnelle de solidarité à destination de 4,1 millions de foyers précaires

Pour aider les ménages les plus en difficulté à faire face à des dépenses plus importantes pendant le confinement, l’Assemblée nationale a voté une aide exceptionnelle de solidarité dans la dernière loi de finances rectificative pour 2020 (voir notre article PLFR 2020).

4,1 millions de foyers dont près de 5 millions d’enfants bénéficieront de cette aide exceptionnelle de solidarité.

Elle sera versée automatiquement, en une fois et sans démarches, le 15 mai prochain par les caisses d’allocations familiales (CAF), les caisses de mutualité sociale agricole (MSA) et Pôle emploi.

Pour rappel, voici les tableaux des montants de l’aide exceptionnelle de solidarité :

Pour un foyer bénéficiaire des APL (hors bénéficiaires du RSA ou de l’ASS)

Personne seule ou en couple avec un enfant

100€

Personne seule ou en couple avec deux enfants

200€

Personne seule ou en couple avec trois enfants

300€

Personne seule ou en couple avec quatre enfant

400 €

Etc…

 

 

Pour un foyer bénéficiaire du RSA ou de l’ASS

Personne seule ou en couple

150€

Foyer avec un enfant

250€

Foyer avec deux enfants

350€

Foyer avec trois enfants

450€

Foyer avec quatre enfants

550 €

Etc…

 

Un plan de soutien d’urgence à l’aide alimentaire à hauteur de 39 millions d’euros

En France, 5,5 millions de personnes ont recours à l’aide alimentaire que ce soit ponctuellement ou régulièrement.

Cette aide, apportée par les associations avec le soutien financier de l’État a pu être confrontée à des difficultés logistiques dues à la crise sanitaire, matérialisées par un manque de bénévoles, des complications inhérentes à la mise en place des mesures de sécurité sanitaires, des problèmes logistiques mais surtout une forte augmentation de la demande.

Pour répondre à ces problèmes, dès le début de la crise, le Gouvernement a mobilisé plusieurs dispositifs telle que l’affectation de la réserve civique au soutien des associations d’aide alimentaire avec déjà 240 000 personnes inscrites sur le site.

Les préfets ont également été chargés par le Gouvernement de coordonner l’aide alimentaire sur le département. Échangeant très régulièrement avec le préfet de Seine-Saint-Denis sur ce point, je constate tout le travail qui est fait pour apporter l’aide la plus large et la plus efficace possible.

Pour aller plus loin, Christelle Dubos et Julien Denormandie ont annoncé la mise en place d’un plan d’urgence pour soutenir l’aide alimentaire en France, doté de 39 millions d’euros. Cela représente un tiers du budget annuel alloué par l’État aux associations au titre de l’aide alimentaire.

Il repose sur :

  • Un soutien financier aux associations : 25 millions d’euros viendront soutenir les associations chargées de l’aide alimentaire. Ils financeront achat de denrées et besoins spécifiques à la situation. Elle sera versée selon les besoins, département par département.
  • Des chèques alimentaires d’urgence pour les territoires les plus en difficulté : 14 millions d’euros y seront alloués en France métropolitaine et en outremer.

En France Métropolitaine, ce sera 10 millions d’euros à destination de 100 000 foyers en région parisienne, à Lyon ou Marseille.

S’inspirant directement du dispositif exceptionnel de distribution de chèques services qui a été lancé par Julien Denormandie le 1er avril et qui permet aux SDF d'acheter des produits d'alimentation et d'hygiène pendant la crise sanitaire, cette aide alimentaire prendra la forme de chèques d’urgence alimentaire.

Confiés aux préfectures, elles organiseront leur distribution en lien avec les collectivités. Les centres communaux d’action sociale remettront les chèques aux personnes concernées pour un équivalent de 105 euros par foyer.

2,9 millions de chèques d’urgence alimentaire seront ainsi distribués. Ils seront utilisables dans les supermarchés et permettront l’achat de produits de nécessité. En Seine-Saint-Denis, cette aide représentera 2,6 millions d’euros.

Elle permettra de toucher 25 000 foyers identifiés par les services sociaux des communes et départements.

Pour l’Outremer, 4 millions d’euros seront destinés à fournir une aide d’urgence alimentaire à destination de Mayotte, la Guyane et Saint-Martin.

Les territoires concernés recevront, dès le vendredi 24 avril, les premiers chèques d’urgence alimentaire.

Si vous êtes en difficulté et que vous n’avez pas été contactés, n’hésitez surtout pas à vous signaler auprès des services sociaux de nos communes :

Gagny

Mairie :   01 43 01 43 01

CCAS : 01 56 49 22 40

 

Rosny-sous-Bois

Mairie : 01 49 35 37 00

CCAS : 01 56 63 06 60 

Villemomble :
Mairie : 01 49 35 25 55
CCAS : 01 49 35 25 72

École à la maison : des moyens pour réduire la fracture numérique et préserver la continuité éducative

Pendant ce confinement, l’un de nos combats est de lutter contre les injustices et inégalités entre les élèves, liées aux conséquences de l’école à la maison.

En effet, pendant la fermeture des écoles, deux facteurs peuvent empêcher de joindre les élèves : un facteur numérique (Jean-Michel Blanquer estime à 5% la proportion des familles qui manquent de matériel de connexion) et un facteur social.

Pour aller plus loin, Jean-Michel Blanquer et Julien Denormandie ont annoncé l’octroi de près de 10 millions d’euros pour un achat massif de matériel informatique et de connexion tels que des clés 3G ou 4G afin d’avoir le matériel nécessaire pour le travail à distance.

Cela viendra en complément de dispositifs qui ont déjà été mis en place en lien avec les collectivités locales, le monde associatif et l’État pour fournir en urgence des tablettes et des ordinateurs.

Un partenariat a également été conclu avec La Poste afin que, dans les « zones blanches » des documents de travail, préparés par un professeur, puissent être déposés sur une plateforme conçue spécialement, afin que les services de La Poste les impriment et les envoient au domicile de l’élève, qui peut à son tour renvoyer sa copie dans une enveloppe prépayée. 21 000 établissements sont inscrits et 15 000 envois peuvent être faits, chaque jour.

Un soutien aux associations de tutorat et de mentorat sera également organisé pour doubler le nombre d’élèves bénéficiant de soutien scolaire d’ici à juillet. Un million d’euros sera débloqué pour financer des plates-formes de mise en relation, du matériel ou des campagnes de mobilisation pour des tuteurs.


Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.